L'art de donner

3 minutes de lecture

Donner. C’est tellement un bel acte. Une action qui ne requiert pas grand-chose.

J’ai commencé à donner lorsque j’ai débuté le minimalisme, il y a de cela quatre ans. Au début, c’était une nécessité à mon nouveau mode de vie. Maintenant, c’est un bonheur recherché au sein de mon quotidien.

« Mais pourquoi donner alors que je pourrais vendre? »

Cette question m’a été posée à plusieurs reprises et j’ai relativement toujours répondu la même phrase :

« Pourquoi vendre quand je peux donner? »

Oui, j’ai vendu des objets, mais de gros objets qui a aidé à payer certaines dettes par exemple. Un t-shirt à 5$, c’est moins efficace disons. C’est ainsi que j’ai donné d’innombrables objets. Quels types? Des petits électroniques, des vêtements, des produits pour le corps, des meubles, des accessoires, des livres (en grande quantité), des objets pour bébé, etc. J’ai donné des objets en bon état dont je n’avais plus besoin. Ils n’apportaient plus rien dans ma vie, maintenant rendue minimaliste. Il était donc logique pour moi de donner une deuxième, troisième et même quatrième vie à ces objets, chez quelqu’un qui en aurait vraiment besoin.

Généralement, je pense à donner à mes proches en premier. « Il me semble que telle personne serait intéressée. » Je leur demande s’ils veulent l’objet en question, puis après je donne! Par exemple, mes parents n’ont rien eu à acheter pour leur chalet, gracieuseté de leurs enfants qui leur ont donné beaucoup d’objets, autant pour meubler que d’accessoiriser. Si je ne trouve pas preneur, je donne aux centres communautaires, friperies et organismes de charité de ma ville. Voici quelques lieux que j’affectionne particulièrement (mais il y en a tellement, faites une petite recherche pour votre quartier ou votre ville) :

- Patro Roc-Amadour, centre communautaire du quartier Lairet dans Limoilou;

- Entraide Agapé, organisme d’aide alimentaire et matérielle pour les familles et personnes dans le besoin;

- YWCA Québec, organisme favorisant le bien-être, la sécurité et le plein potentiel des femmes et des filles;

- Écolivres, entreprise d’économie sociale à but non lucratif œuvrant dans le recyclage et la revente des livres, ainsi qu’un tremplin pour les personnes en intégration socioprofessionnelle.

Il y a aussi les groupes As-tu ça toi? (www.astucatoi.com), qui fonctionne sur le seul concept du don. Et savez-vous quoi? Après chaque don, j’ai un sentiment de devoir accompli et une magnifique légèreté d’esprit. Le minimalisme apporte beaucoup au sein de notre chez-soi matériel, en plus de notre bien-être mental et émotif.

En effet, donner le matériel autour de moi m’a aussi conscientisé à donner différemment, comme donner de l’argent à des organismes qui me tiennent à cœur, des institutions muséales dans mon cas. J’ai aussi donner de mon temps, que ce soit en faisant du bénévolat ou simplement être là pour des ami.e.s.

Le minimalisme a changé, pour le mieux, beaucoup d’aspects de ma vie, mais je crois que l’art de donner est le plus beau cadeau que ce mode de vie m’a apporté.

Et vous, donnez-vous?

Encore plus...

Soyez les premiers
à recevoir nos nouveautés,
nos recettes et nos articles.

Limoilou

885, 3e avenue
Québec (Québec)
G1L  2W8

418 523-1616

Lun-Ven
12 h 30 à 18 h 30
Samedi
12 h à 17 h
Dimanche
Fermé

Montcalm

980, avenue Cartier
Québec (Québec)
G1R 2S1

418 353-1616

Lun-Ven
12 h 30 à 18 h 30
Samedi
12 h à 17 h
Dimanche
Fermé